Biographie

Cofondateur de Babel films, Eric Piccoli est un réalisateur, scénariste et producteur connu et de nombreuses fois primé notamment pour les séries de fiction Temps mort, Écrivain Public et Je voudrais qu’on m’efface.

Eric propose un cinéma social, sensible et naturaliste. L’auteur-réalisateur s’efface au profit de ses personnages et leur laisse la place nécessaire afin qu’ils s’expriment. Il raconte notre besoin d’empathie pour mieux vivre ensemble, il s’interroge sur la prison que peut devenir un environnement et il offre sa voix pour amplifier celles déjà existantes des laissés-pour-compte. En résultent des échanges vrais et délicats autour de sujets dramatiques, mais réels, jamais traités avec pathos afin de faire naître naturellement l’émotion chez le spectateur. Une approche artistique qui peut, avoir un impact sur le rythme de l’œuvre et, pousser à se mettre à dos un public habitué à un cinéma qui mise davantage sur l’action sur le plan formel. Ce à quoi le metteur en scène compense par une réalisation qui prône l’immersion par la caméra à l’épaule qui agit comme témoin, voire comme un personnage. Une approche qui cherche à capter l’espace, le temps et les imperfections. Une quête de vérité dans le faux. Un regard de documentariste qui persiste face à des personnages fictifs, contrairement à la réalité sociale dépeinte.

Une vision d’auteur qu’il affine avec son dernier projet en date : Je voudrais qu’on m’efface (2021). Libre adaptation du roman québécois éponyme écrit par Anaïs Barbeau-Lavalette, il vient nourrir cette nouvelle série avec son propre vécu en plaçant l’histoire dans son quartier d’enfance. Il en signe la réalisation tout en étant co-scénariste aux côtés de Florence Lafond. Véritable succès populaire et critique, Je voudrais qu’on m’efface récolte 4 Prix Gémeaux (dont meilleur texte, meilleure réalisation et meilleure série numérique) et rayonne en grand avec une première internationale aux prestigieux festival Canneseries  et une sélection officielle au festival Slamdance.

Bien décidé à raffiner cette vision d’auteur pour laquelle il est aujourd’hui reconnu, Eric est plus inspiré que jamais. Il développe plusieurs projets dont la série Le Royal Snowdon, une adaptation du roman La canicule des pauvres de Jean-Simon DesRochers, la série dramatique L’Équipe (Avenue Productions) ainsi que la deuxième saison de Je voudrais qu’on m’efface.

Il est représenté par Claude Girard.

Dernières réalisations

Réalisation, scénario

En développement

  • Je voudrais qu’on m’efface — saison 2 (fiction, série, 8 x 20 min.)
  • L’équipe (fiction, série, 8 x 60 min.)
  • Le Royal Snowdon (fiction, série, 8 x 60 min.)

Scolarité

  • Université Concordia — 2006 à 2009, Production cinématographique
  • Cégep du Vieux-Montréal — 2003 à 2006, Dessin animé

Dossier de presse

JE VOUDRAIS QU’ON M’EFFACE (2021)

« Cette chronique crue émeut par la tendresse avec laquelle elle enveloppe du regard ses jeunes personnages. » – Télérama

« C’est magnifiquement réalisé par Eric Piccoli. C’est ma série coup de cœur cette année. » – Guy A. Lepage, Tout Le Monde En Parle

« Sans gommer les archétypes, la série est crédible et réaliste, bouleversante et poignante. Bien écrite, bien interprétée, bien réalisée, elle dépeint avec respect et humanité la réalité de l’un des quartiers les plus défavorisés de la métropole. Une réalité généralement occultée par notre télévision.» – Marc Cassivi, La Presse

« Une excellente série. » – Pénélope McQuade, Pénélope, ICI PREMIÈRE

« Une série extraordinaire. » – Jean-Philippe Wauthier, Bonsoir bonsoir!

« Julie Perreault crève l’écran dans la série. C’est très touchant, je n’ai pas dormi de la nuit parce que je voulais regarder un épisode, puis deux épisodes, mais on ne peut plus s’arrêter. » – Julie Snyder, La semaine des 4 Julie, Noovo

« Le propos et le jeu sonnent ici si juste qu’on s’y croirait par moments en vrai. » – Sylvia Galipeau, La Presse

« Une série puissante, brute et authentique. » – Emmanuelle plante, Journal de Montréal

« Lorsque ta vie n’a pas d’horizon à la maison et pas de fenêtre à l’école, difficile d’avoir de la lumière dans le regard. Excellents comédiens, bon rythme, une réalité qui fait mal et qui se passe chez nous. On ne peut qu’imaginer la suite en confinement… » – Josée Blanchette, Le Devoir

« Les textes, la réalisation et le jeu des jeunes interprètes sont sublimes. Même si certaines de ses scènes sont difficiles à regarder, la série est nécessaire et faite avec réalisme et sensibilité. » – C’est juste de la TV, ICI ARTV

« Une super série qui nous a bouleversés. Julie est spectaculaire. » – José Gaudet et Julie Bélanger, Ça finit bien la semaine, TVA

« C’est officiel : Je voudrais qu’on m’efface est ma meilleure série québécoise cette année. Magistral. » – Steve Proulx, Les Écrans

« Si vous avez envie de voir ce qui s’est fait de mieux dans la télévision québécoise depuis les 20 dernières années, Je voudrais qu’on m’efface, je vous le suggère fortement. » – Nathan Meilleur, Les Retours, WNKD

Présentement en distribution dans les festivals, mais jusqu’à présent (octobre 2021) :

  • Sélection officielle — Canneseries — 2021, Cannes France
  • Gagnant : Prix Dior de la révélation (Malik Gervais-Aubourg) — Canneseries — 2021, Cannes France
  • Gagnant : Prix Fonds Bell — Festival du Cinéma International en Abitibi-Témiscamingue — 2021, Rouyn-Noranda, Canada
  • Gagnant : Meilleure série dramatique — Prix Gémeaux — 2021, Montréal, Canada
  • Gagnant : Meilleure réalisation — Prix Gémeaux — 2021, Montréal, Canada
  • Gagnant : Meilleur texte (avec Florence Lafond) — Prix Gémeaux — 2021, Montréal, Canada
  • Gagnant : Meilleure interprétation masculine (Jean-Nicolas Verreault) — Prix Gémeaux — 2021, Montréal, Canada
  • Gagnant : Meilleure websérie — Rendez-Vous Québec Cinéma — 2021, Montréal, Canada

 

Écrivain public – bande-annonce #2

« Meilleure websérie québécoise 2018 » – Le Devoir?25 sélections et des prix dans divers festivals à travers le monde! ?La série complète ici ? https://tv5.ca/ecrivain-public

Posted by Écrivain Public on Wednesday, May 29, 2019

ÉCRIVAIN PUBLIC (2018, 2020)

« Meilleure websérie québécoise 2018 » — Le Devoir

« La saison deux, c’est le moment où ça passe ou ça casse. Il faut être à la hauteur de l’enthousiasme suscité dans la première saison et il faut aussi être capable de se renouveler. C’est très difficile à faire et l’Écrivain Public réussit sur les deux tableaux. C’est une deuxième saison bouleversante. On salue le réalisme de la trame narrative, ponctuée de problèmes sociaux réels. Des excellentes performances d’acteurs et un renouvellement dans la forme. Préparez vos mouchoirs et regardez ça. »  — Helen Faradji, Médium Large

« Compte tenu de la qualité de la mise en scène d’Éric Piccoli, des textes et du jeu des acteurs, compte tenu de la force dramatique et de la charge émotive de cette série, c’est triste qu’elle n’ait pas eu les moyens de ses ambitions. Mais ne perdons pas espoir. Un jour, la télé québécoise va peut-être se réveiller et se tourner vers des univers comme ceux d’Écrivain public, là où il y a autant, sinon plus, de richesse et de vie qu’ailleurs. » — Nathalie Petrowski, La Presse

« Brouillant subtilement les frontières entre le réel et la fiction et dirigeant admirablement bien ses acteurs, Eric Piccoli nous entraîne dans ce quartier populaire où il jette un regard empreint d’empathie et de respect sur cette faune aussi bigarrée qu’attachante. C’est une émouvante série teintée d’humour où la poésie et la beauté l’emportent parfois sur le désespoir. »  — Manon Dumais, Le Devoir

« Une magnifique série pleine d’humanité et d’un profond réalisme. Elle met en lumière des gens démunis dont le soutien de l’écrivain public est fondamental. »  — Emmanuelle Plante, Le Journal de Montréal
« Une distribution impeccable. C’est vraiment une série que je vous invite à découvrir. C’est cinq demi-heures et c’est un bon investissement, surtout pour découvrir beaucoup de talents, ne serait-ce qu’à la réalisation, Eric Piccoli. »  — Karyne Lefebvre, Dessine-moi un dimanche 

38 sélections et une vingtaine de prix en festivals, dont :

  • Gagnant : Meilleure série dramatique — Minnesota Webfest — 2020, Minnesota, États-Unis
  • Gagnant : Meilleure réalisation — Prix Gémeaux — 2020, Montréal, Canada
  • Gagnant : Meilleure réalisation — Melbourne Webfest — 2020, Melbourne, Australie
  • Gagnant : Meilleure série internationale et meilleur scénario — T.O. Webfest — 2020, Toronto, Canada
  • Gagnant : Meilleur scénario — T.O. Webfest — 2019, Toronto, Canada
  • Gagnant : Meilleure série internationale et meilleur scénario — Buenos Aires Webfest — 2019, Bueno Aires, Argentine
  • Gagnant : Meilleur scénario — Asia Web Awards — 2018, Seoul, Corée du Sud
  • Gagnant : Meilleure série langue étrangère — NYC Web Fest — 2018, New York City, USA
  • Nominations : Meilleur texte, meilleur acteur, meilleure actrice de soutien — Prix Gémeaux — 2018, Montréal, Québec
  • Gagnant : Best Ensemble Cast DramaIAWTV Awards — 2018, Los Angeles, USA

Autres liens